Notre projet NNB

Ateliers, rencontres et discussions

L’Université de Silésie à Katowice

L’Université de Neuchâtel

L’Équipe de recherche NNB

ont le plaisir de vous inviter au colloque Langues & Émotions à Katowice (près de Cracovie, Pologne)

3 jours, 3 sujets, 1 titre : « Languages & Emotions »

Programme

Samedi, 2.04.2016 (début: 9 :00)

Emotional Speech Blocks Syndrome (mutisme sélectif, bégaiement)

Les blocages de la parole d’origine émotionnelle : d’où viennent-ils, comment se forment-ils, comment peut-on les éviter ? Pourquoi certains enfants semblent-ils prédisposés ? Quand des blocages apparaissent, comment ne pas les aggraver (mutisme progressif), comment peut-on les atténuer ? Comment soutenir le processus thérapeutique  ? Peut-on apprendre une langue étrangère en souffrant de ce type de blocage et comment ?

Dimanche, 3.04.2016 (après-midi)

Bilinguisme non-natif (parler aux enfants dans une langue étrangère)

Qu’est-ce que le bilinguisme non-natif ou artificiel? Comment s’organise t-il en pratique ? Quelles sont les hypothèses de recherche ? Qu’est-ce que les parents et leurs enfants en disent ? Quels sont les écueils à éviter, les points d’attention, les motifs de satisfaction ou d’inquiétude? Comment peut-on surmonter des difficultés ?

Plusieurs conférences suivies de débats, librairie sur l’apprentissage des langues étrangères.

Lundi, 4.04.2016 (début: 9 :00)

Plurilinguisme et émotions.

Une rencontre scientifique et des conférences concernant le plurilinguisme et les émotions, leurs liens et les troubles qui y sont rattachés, les conditions favorisant le bon développement des compétences plurilingues.

Plus d’informations bientôt.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter par courriel à l’adresse suivante : languagesandemotions@gmail.com

——————————————————————————-

J’ai le plaisir et l’honneur d’encadrer les chercheurs réunis autour de la question du bilinguisme non-natif (NNB du terme anglais non-native bilingualism). Par NNB nous appelons la situation où le parent parle à son enfant dans une langue qui n’est pas la langue maternelle de ce parent (Szramek-Karcz 2014). Le nom NNB a été choisi, parmi les autres appellations possibles, pour sa neutralité si importante dans les recherches. Le NNB par ses opposants est appelé le bilinguisme artificiel vu le fait que la langue transmise aux enfants n’est pas native du parent et la famille ne vie pas dans la communauté parlant cette langue.

Aujourd’hui 48 familles participent dans le projet, les résultats seront rassemblés dans le livre qui verra le jour, nous l’espérons bien, encore en 2015.

L’observation naturelle (depuis 1999), celle sans participation a été suivie d’une observation avec participation (à partir de 2004 ) pour enfin continuer avec des questionnaires (2013), des interviews et des recherches statistiques (Szramek-Karcz & Wolny 2015) du phénomène de NNB.

main_01